• - 137 -

     

    - 137 -

     

    Mardi 16 mars 2006
    J-1 avant le grand départ pour le bout du monde
    Appartement d’Aaron et Meredith

     

    - 137 -

     

    Nous y voilà, à ce dernier soir … Je suis actuellement assis sur le lit, à faire défiler mes souvenirs ici les uns derrières les autres, et tous mes souvenirs avec elles. Les bons, comme les mauvais, tout ceux qui ont fait de moi la personne que je suis actuellement, et jamais je la remercierais assez pour tout ce qu’elle a fait sans s’en rendre compte. Pour tout cet amour qu’elle m’a donné alors qu’elle savait que c’était risqué d’aimer quelqu’un comme moi. Elle m’a redonné confiance, elle m’a donné goût à la vie, elle m’a fait renaître …

     

    - 137 -


    Elle est dans la salle de bain, elle prend sa douche, et moi, je suis là, recroquevillé sur ce lit, à faire défiler ma vie, à faire défiler mon passé, mes jours heureux, à faire défiler mon avenir qui aurait pu être merveilleux avec elle. Parce que j’aurais pu être heureux, si je n’avais pas décidé de mourir, j’aurais pu espérer une vie presque normale, avec des tracas du quotidien : un patron horrible, une petite amie jalouse, un mariage, une maison, des enfants nombreux courants à l’intérieur, et une mort paisible au fond de mon lit à quatre-vingts ans… Pourtant j’abandonne tout.
    Mes affaires sont prêtes, tout est chez Heaven, avec nos billets de trains. Cette nuit, elle la passe avec Ulyss, pour lui dire au revoir, parce que lui, elle le reverra à son retour, de nouveau elle le prendra dans ses bras, et si jamais il a eu la patience, ils reprendront là où ils se sont arrêtés.
    Meredith, jamais je ne la reverrais, et ce soir … Je compte lui dire adieu, tout simplement. Mais cet acte m’effraie, je ne sais plus quoi faire, je ne sais plus quoi dire pour ne pas la blesser, pour la rassurer.

     

    - 137 -


    Alors finalement, les mots, je les ai laissé tombés. Jamais ils n’exprimeront ce que je ressens, jamais ils ne seront assez puissants pour la rassurer, pour lui dire de vivre sans moi, pour continuer à avancer … Tout ce qu’il me reste à lui offrir, à lui prouver, c’est tout simplement la force de ce que je ressens pour elle. Enzo se chargera de lui expliquer, je sais qu’il le fera à la perfection. Depuis sa séparation d’avec Cory, il squatte régulièrement ici, il finira certainement par y élire domicile par la force des choses, et elle trouvera en lui le soutient que je ne peux lui apporter.

     

    - 137 -

     

    La porte de la salle de bain s’ouvrit, et je tournai alors la tête pour la voir en sortir, rayonnante, habillée de son pyjama. Cette frimousse me redonna aussitôt le sourire, et je tendis alors les bras vers elle. Méré s’approcha alors de moi, souriante et se pencha vers moi pour m’embrasser tendrement, tandis que mes bras se refermèrent tendrement autour de sa taille, pour une nuit, que je voulais inoubliable pour elle, et un de mes plus beaux souvenirs pour nous deux, sans qu’elle ne se doute un seul instant que ce sont de véritables adieux.

     

     

    Spoiler:

     

    Thirty Seconds To Mars - Closer To The Edge (Unplugged)

     

    - 137 -

     - 137 -

     

    Elle se laissa alors guider par mes mains qui glissaient sur sa peau nue et douce sous son haut, que je lui retirais alors le plus doucement possiblement sans cesser de l’embrasser. D’un mouvement fluide et délicat, je l’allongeais sur le dos et l’embrassai sur la totalité de sons corps qui se dévoilait alors à moi. Et dans chacun de ses lents baisers, je ne souhaitais qu’une chose, qu’une part de moi reste à jamais gravé en elle, que jamais elle ne m’oublie, que je reste toujours là, quelque part en elle.

     

    - 137 -

     - 137 -

     


    Chaque pression de mes lèvres sur sa peau la faisait frissonner de plaisir, et je savourais le hérissement sur sa peau, comme une invitation à continuer. Plus j’approchai de son bas ventre et plus la pression de ses mains sur mes épaules se faisait dure et insistante, contrastant avec mes caresses sur son corps. Chaque instant passé avec elle à ce moment même ranimait ceux passés auparavant, et je ne pus contenir mes larmes au bout de longs instants, larmes qui roulèrent lentement sur mes joues rosies par l’excitation qui parcourait la totalité de mon corps.

     

    - 137 -

    - 137 -


    Alors que je ne pouvais continuer, je fis glisser mes mains sur ses hanches pour lui enlever son dernier rempart à sa nudité qu’elle m’offrait alors sans retenue, et comme à chaque fois, une chaleur m’envahit, mais de manière plus violente cette fois-ci. Meredith aussi avait chaud, je le sentais, et quand par ses gestes elle m’invita à poursuivre, je ne pus que me laisser guider par ses envies et mon instinct, pour faire de cette nuit la plus belle de sa vie, le plus beau de ses souvenirs.

     

    - 137 -

     - 137 -


     Je ne serais jamais le seul homme de sa vie, et je le souhaite pour elle. Je veux juste rester gravé en elle, je ne veux que jamais elle m’oublie, à jamais je veux vivre dans sa mémoire, comme un précieux souvenir que l’on conserve jalousement au fond du cœur, loin de la cupidité des autres. Et je voulais être ce souvenir pour elle, je voulais être cette partie indéchiffrable…

     

    - 137 -

    - 137 -


    Alors que ses premiers gémissements arrivèrent à mes oreilles, je revenais vers son visage, parcourant la totalité de son ventre de mes lèvres, ma langue jouant sur sa poitrine et enfin son cou et y graver mes souvenirs, mes envies, mes espoirs…
    Finalement j’arrivais enfin à hauteur de son visage, elle enroula ses jambes autour de ma taille pour me débarrasser de mon pantalon qui couvrait ma nudité et mon désir pour elle. Elle ouvrit finalement les yeux et croisa mon regard embué de larmes que je ne cherchais plus à cacher, à quoi bon lui mentir maintenant alors qu’elle découvrira tout à son réveil. Elle monta alors une de ses mains sur mon visage, pour effacer alors les larmes qui y étaient encore installées.

     

    - 137 -

    - 137 -


    - Tu pleures ? me demanda-t-elle alors, une ride d’inquiétude apparaissant alors entre ses sourcils.
    Je ne répondis à cette question que d’un sourire avant de l’embrasser sur le bout des lèvres tandis qu’une de mes mains glissaient dans ses cheveux épars de manière tendre et protectrice.

     

    - 137 -

    - 137 -


    - Je t’aime Meredith, lui murmurai-je avec tout l’amour que j’avais pour elle tout en la regardant dans les yeux.
    - Je t’aime Aaron, me répondit-elle en fondant sur mes lèvres afin de me montrer son envie de poursuivre sa nuit au creux de mes bras.
    Et tandis que je lui transmettais tout ce que je ressentais par mes gestes, mes larmes redoublèrent sur mon visage sans que je puisse les en empêcher, mais ces dernières ne m’empêchèrent pas pour autant de continuer.

     

    - 137 -

    - 137 -


    Je sais que j’ai dû l’intriguer cette nuit là, je sais que j’ai l’inquiétée, mais je sais aussi que je l’ai aimé, comme jamais avant je n’avais pu aimer. Parce qu’elle est mon ange, tout droit tombé du ciel, pour me sauver ce gouffre, dont je suis malheureusement aujourd’hui trop prêt…

     

    - 137 -

     

    - 137 -

    - 137 -

    Closer To The Edge !

     

    - 137 -