• - 179 -

    - 179 -

     

    _ Pas de « mais Mallory .. » qui tienne, tu viens avec nous !
    _ Et si j'ai du boulot ? Je fais comment moi ? Se plaignit ce grand brun à la peau café tandis que sa sœur empaquetait le plus d'objets possible dans l'un des nombreux cartons qui jonchaient le sol de la pièce.
    Et oui, demain, Heaven et moi serons à cette heure-ci dans un avion, en direction de Varsovie, où nous attend un train pour nous amener dans la petite ville de Lipie, qui sera notre lieu de résidence pour quelques jours en Pologne.

     

    - 179 -


    Pourquoi Lipie me direz vous ? Et bien, c'est Mallory qui nous a donné l'adresse d'une de ses « amies », une femme âgée du nom de Sofia qui se fait déjà un plaisir de nous accueillir. Quelle aubaine me direz-vous ? Certes, mais avant de partir, il nous faut faire nos cartons. Ceux qui vont retourner chez Mallory, puisque les meubles sont à elle, et ceux que Heaven va renvoyer chez elle par l'intermédiaire de Cathe-Line. Pas la peine de vous expliquer que c'est un véritable champ de bataille dans le studio.
    Champ de bataille auquel je n'ai pas le droit de participer, palpitant oblige. Donc tout ce que j'ai à faire, c'est de rester sagement ici sur le comptoir à les regarder faire du tri, en me marrant bien sûr.

     

    - 179 -


    _ Mais sinon, il y a encore plus simple, dit David le plus sérieusement du monde en rangeant des livres dans un des nombreux cartons de la pièce. Tu ne déménages pas Heaven, laisse le aller en Pologne tout seul, il reviendra te chercher après.
    _ Mais qui va s'occuper de lui brosser les dents si je le suis pas, hein ?
    _ Merci, mais je suis encore capable de me brosser les dents tout seul tu sais, je ne suis pas encore dans ma tombe Heaven, je tiens même debout, c'est un miracle !
    _ Chut toi, et reste sage ! Me gronda aussitôt ma meilleure amie.

     

    - 179 -


    Bon et bien … ça c'est fait hein, Aaron, ta gueule. Alors je n'avais plus qu'à me contenter de les regarder s'occuper de leurs petits cartons bien gentiment, vu que je n'ai même plus le droit d'expression dans la dictature d'Heaven. Moi pauvre petit ouvrier sans emploi, sans argent, sans vie qui ne peut même pas trimer pour son dictateur, ma vie est bien triste.
    _ Eh, vous êtes invités à un mariage ? Demanda Mallory en attrapant un carton d'invitation. Meredith Jane Anforth et Florian Adrian McMallers. Ouah, ça sonne bien riche tout ça.

     

    - 179 -


    Je me levai aussitôt pour récupérer ce maudit carton d'invitation, et le déchirai avant d'attraper un cendrier et le briquet d'Heaven et d'y foutre le feu, sans un mot. Mallory et David me regardèrent comme un déluré, puis ce fut à l'aîné de prendre la parole.
    _ T'as vraiment pas envie de leur faire un cadeau de mariage à ces deux là. Tu sais, une batterie de verres à nutella ça fera amplement l'affaire.

     

    - 179 -


    _ C'est son ex, dit Heaven en continuant ses cartons.
    _ T'es homo ?! S'exclama aussitôt Mallory en me regardant l'air ravi.
    J'eus un mouvement de recul, une expression de dégout mêlée d'incompréhension sur le visage et poussait un célèbre « Gné ?! » face au ravissement de cette étrange personne qui se tenait juste là devant moi. Moi, avec Florian ? Mais elle va pas bien celle là, elle a raté un épisode ma parole. Je soupirai et m'écrasai le plat de la main sur le front.

     

    - 179 -


    _ Mais non, il est pas homo, rit aussitôt Heaven. C'est pas Florian son ex, c'est la Meredith.
    _ Aaaaaaaah !
    _ Pas besoin de faire comme si tu avais eu une illumination hein, dis-je à Mallory. J'ai quand même pas l'air d'un gay.
    _ Fait des manières pour voir ! S'amusa tout de suite David.
    _ Quoi, mais non !

     

    - 179 -


    Je me braquai net, tandis que tous trois s'approchaient de moi avec un sourire carnassier sur le visage, les mains tendues devant eux comme pour m'attraper. Je reculai de plus en plus et fini par buter contre le frigo.
    _ Eh on se calme, on a dit qu'il fallait me ménager, pas de choc ni d'énervement, on se calme.

     

    - 179 -

     


    _ Roh allez, quelques manières, je suis sûr que tu ferais un bon gay. D'ailleurs, tu serais plutôt passif ou actif ?
    _ Hein ? Mais vous allez arrêter avec vos question à la con là ? Je. Ne. Suis. Pas. GAY !
    _ Vu comment t'es tout maigre, t'es un passif, c'est sur, songea à voix haute Mallory.

     

    - 179 -


    _ Ah, mais il était pas aussi maigre avant, c'était même musclor, en rajouta une couche Heaven. J'ai déjà pu expérimenter, bon un peu certes, mais j'ai pu, donc je t'assure que monsieur avait du muscle.
    Je finis par m'asseoir sur le comptoir, de toute façon, me défendre n'allait rien leur faire d'autre que de m'enfoncer, alors autant les écouter, et voir jusqu'où leur imagination débordante peut les amener.

     

    - 179 -


    _ Muscle ou pas muscle, il a une tête de passif, assura Mallory en me détaillant. Il a les yeux plutôt ronds, c'est un signe qui ne trompe pas. Les yeux ronds sont passifs, ainsi va la vie.
    _ Bon ça va alors, je suis pas un passif, je m'en sors bien, soupira David, visiblement soulagé.
    _ Mais tu n'es pas gay toi, on s'en fiche.
    _ Lui non plus, il est tout ce qu'il y a de plus hétéro, me défendit David. Ça se voit rien qu'à sa tête.

     

    - 179 -


    Intérieurement, je le remerciai de prendre ma défense, mais malheureusement pour lui, je savais que ça ne changerait rien du tout. Elles étaient trop bornées, je pouvais même leur rappeler que les cartons devaient être finis dans genre, deux heures, elles continueraient quand même. Je hais les filles, je vais peut-être vraiment finir par virer homo, vive la solidarité masculine !
    Mallory se tourna alors vers Heaven, prête à mener sa petite enquête à mon sujet. Là, je commençais sérieusement à avoir les boules, foi de rouquin.