• (27)

    (27)

     

    Cette nuit non plus, il n'avait pas trouvé le sommeil. Ses pensées lui tourbillonnaient dans le crâne dès qu'il essayait de se vider la tête de ce qu'il avait vécu dans la journée. Hélas, à chaque fois qu'il espérait trouver le sommeil de cette manière, qu'il pensait avoir enfin la possibilité de s'endormir, ces mauvaises idées se faufilaient et dansaient derrière ses yeux, l'empêchant de trouver le sommeil de manière sereine. Il tourna la tête sur le côté droit pour attraper son téléphone, afin de regarder l'heure. Plus de trois heures du matin. Il soupira, lassé. Une petite lumière clignota, lui indiquant un nouveau message, il fit alors glisser ses doigts sur l'écran pour découvrir cette éventuelle nouvelle publicité de la part de la Foir'Fouille pour habiller sa maison de lapins de Pâques. Charmant.
    Cependant, aucun message de Léa de la Foir'Fouille en vue, mais bien celui de quelqu'un qui n'entamait la discussion que bien rarement mais se faisait un plaisir de la poursuivre quand c'était lui qui recevait le premier message de la journée.
    Il l'ouvrit.
    « Je crois que j'y arriverais jamais avec ce décalage horaire. Tu dors ? Je suis sur Skype. »

     

    (27)

     

    Il s'assit dans son lit, son regard filant vers l'ordinateur de la pièce, au pied de sa fenêtre. Il était bien sûr éteint à cette heure de la nuit. Il tendit l'oreille, la maison était calme. Ses parents dormaient, et il n'avait absolument aucune envie de réveiller son père à l'autre bout du couloir par une tentative hasardeuse pour s'occuper pour le reste de la nuit.
    Sans allumer la lumière de la pièce, il se leva cependant. Pris bien soin de débrancher les enceintes de son ordinateur pour le remplacer par un casque, avant d'allumer celui-ci, tout en guettant d'un œil avisé vers la porte de sa chambre, que personne ne viendrait le déranger … ou le sermonner.

     

    (27)

     

    Après quelques minutes de dur labeur pour l'engin, celui-ci afficha le bureau criblé d'icônes multicolores. Sa main droite s'empara de la souris, et il cliqua sur l'icône du logiciel de discussion, si frénétiquement que l'on pourrait deviner de la hâte et de l'impatience dans son geste. Et à peine fut-il connecté qu'il fut attaqué par une discussion vidéo à laquelle il répondit, tout en prenant soin de ne pas activer la caméra, ne laissant que le micro, pour les éventuels quelques mots qu'il pouvait échanger avec lui.
    _ Hey you ! Lança son interlocuteur de l'autre côté de l'écran le temps que sa caméra ne se charge. T'as pas mis ta caméra, tu pourrais au moins faire un effort.
    _ Y'a pas de lumière dans ma chambre, tu verrais rien, murmura-t-il en faisant attention au volume de sa voix.
    _ Il doit être méga tard putain !
    _ Plus de trois heures du matin.

     

    (27)

     

    La vidéo de son interlocuteur s'afficha enfin et quelle ne fut pas sa surprise quand il remarqua qu'il n'était pas seul chez lui ce soir là, mais qu'un blond au visage fade et aux yeux verts était assis juste à côté de lui. Son petit ami. Ce n'était pas la première fois qu'il le voyait sur Skype, mais à chaque fois, ça n'annonçait rien de très sain.
    _ Vous vouliez un spectateur ?
    _ Un spectateur ? Je te rappelle que là, je suis chez mes parents, ma sœur est dans la pièce à côté, ma mère au bout du couloir et qu'il est que vingt et une heures ici. Pas très envie de rameuter tout le monde pour le spectacle.
    Le jeune homme gronda. Sa justification ne tenait pas la route. Il a déjà été spectateur de scènes bien moins tardives, avec les mêmes personnes aux alentours. Il savait très bien ce qui allait se faire devant ses yeux cette nuit, et bien que cette idée le répugne, il sait aussi qu'il ne pourra pas décrocher son regard de l'écran de son ordinateur durant cette démonstration.
    Mais il est vrai que cette fois-ci, la caméra était restée sur l'écran, filmant les protagonistes installés au bureau, alors que d'habitude, quand il était là, la caméra était posée sur le bureau, du moins selon ses propres déductions, et faisait face au lit de la pièce, où les deux jeunes gens s'en donnait à cœur joie.

     

    (27)

     

    _ Pourquoi alors ?
    _ Pourquoi quoi ? Que je t'ai demandé si tu étais sur Skype ? Parce que j'y étais et que j'avais envie que tu te connectes. Parler n'est pas concevable ?
    _ Je préfère quand vous vous branlez devant mes yeux plutôt. Ça a au moins l'intérêt d'être distrayant.
    _ Montre au moins ton visage.
    C'était le blond qui venait de parler alors qu'il le pensait carrément muet à cause de son très clair manque de conversation quand ils se retrouvaient en « discussion » tous les trois. Aujourd'hui, il prouvait qu'il avait une langue, et qu'il était capable de s'en servir autrement que pour ramoner le gosier de son petit ami. Pas trop mal comme constatation.
    _ Mais il peut pas Cloud ! S'amusa le brunet. Il a une tête, tu verrais. Absolument pas bandant ! Je te jure, vaut mieux pas qu'il nous montre sa tête où il aura pas de spectacle.
    _ Ouais voilà, c'est ça. J'ai une sale gueule.
    Sous son bureau, il serra les poings. Il avait fait un jour la terrible erreur de lui montrer son visage, il y a plusieurs années de cela. Bien que cela n'ait en rien terni leur « amitié », cela ne l'empêchait de se moquer de lui et de « sa sale gueule d'intello ».
    _ Alors, vous vous activez ? Gronda-t-il un peu plus fort.
    Ses deux interlocuteurs, et surtout le plus bavard des deux qui n'était autre que Camille Phillips, lui lancèrent un sourire. Son regard resta figé sur celui presque carnassier du brun, comme hypnotisé par l'aura qu'il pouvait dégager.

     

    (27)

     

    Camille attrapa alors le jeune homme blond par la taille, avant de fondre sur ses lèvres, avidement et sans aucune retenue, lui dévorant la bouche et la mâchoire, et lui faisant profiter d'un ballet de langues fougueux. Ses mains ne restèrent pas en place très longtemps, et comme un mécanisme bien huilé, elles trouvèrent très vite la boucle de la ceinture de Cloud ainsi que les pans de son tee-shirt pour le déshabiller totalement, et laisser à la vue de l'insomniaque le corps fiévreux de celui-ci, contre lequel se colla celui de Camille dès qu'il se fut lui même dévêtu avec impatience.
    Et durant les longues minutes qui suivirent, où les deux hommes se touchèrent, s'embrassèrent puis couchèrent, les yeux du jeune homme ne suivirent que le corps et les gestes de Camille, allant jusqu'à espérer, d'un certain côté, que cet écran n'existât pas entre eux.

     

    (27)

     

    Cependant, cela, il le garda pour lui tout le long de cet acte gratuit, riant de la maladresse du blond, lançant des vannes et allant de sa petite critique pour espérer en faire quelque chose de comique. « Bah alors, t'es pas une gorge profonde toi ! » « Déjà ? Quelle précocité mon gars ! ». Il était tellement facile de se foutre de la gueule de cet incompétent, incapable de se servir de sa bouche correctement ou de son bassin de manière efficace.
    Après l'acte, le blond, quelque peu boudeur de cette critique purement gratuite, se leva pour aller se coucher sous la couette de son amant. Camille quant à lui, resta encore devant l'écran de l'ordinateur, nu comme un ver.

     

    (27)

     

    _ Alors ? Me dis pas que t'as pas aimé, je te croirais pas.
    _ Comme d'hab, vu la gueule de ton cul, va te faire prendre mec.
    _ Tu peux t'abstenir de ce genre de remarque puisque je n'ai toujours pas vu ton cul blanc d'intello à lunettes. La prochaine fois, montre moi de quoi tu es capable plutôt que de critiquer dans le vent. Si ça se trouve, t'es encore puceau !
    _ Je n'ai pas besoin d'afficher ma queue en haute définition sur Skype pour prouver que je sais m'en servir. Suis mon conseil, va te faire foutre.
    Il raccrocha la discussion à ces mots et éteignit son ordinateur. Alors qu'il reposa le casque sur son bureau, se levant pour reprendre le chemin de son lit, il remarqua que la lumière du couloir était allumée et filtrait sous la porte de sa chambre. A pas de velours, il se pressa pour rejoindre ses couvertures, et à l'instant où il posa sa tête sur l'oreiller, la porte de sa chambre s'ouvrit et une voix s'éleva.
    _ Cameron !

     

     

     

     

    Merci à mon merveilleux Waly pour les photos de Cameron dans son élément naturel <3