• This Is War - Histoire

     

    A ma grand mère (†),

    A Steph' (†),

    A mon frère

    Et à tous ceux qui se battent contre la maladie.

     

    Retour à la page d'accueil de l'histoire

     

     

     

     

     

     

    Je préviens toute personne qui souhaiterait s'aventurer ici. This Is War est une histoire sombre, mais cela ne m'empêche pas de la publier de façon publique, elle l'est de toute manière libre sur son site original. Cette histoire traite principalement de la prostitution et de la mort. Je mets sous spoiler les sujets sensibles. Merci de prendre ceci en compte avant de poursuivre. Je vous souhaite une agréable lecture. 

     

     

     

  • Prologue 1/

    Prologue

     

    Le vingt neuf août deux mil dix neuf, midi et demi.
    Le son des cloches de l'église toute proche envahit peu à peu le cimetière.
    Il fait beau, comme lors de ce jour il y a dix ans. Les oiseaux chantent, les nuages dansent, le vent nous murmure des mots d'amour. Je lui murmure des mots d'amour. Je t'aime mon ange, ma princesse ...

     

    Prologue


    Je m'appelle Aaron Hart, je suis décédé le vingt neuf août deux mil neuf à l'âge de vingt et un an. Cela fait dix ans aujourd'hui, que je suis sous cette plaque de marbre.
    Ne me dîtes pas que c'est parce que je suis mort que je ne peux pas vous parler, on va dire que je suis un peu comme le fantôme de Noël, vous savez, dans le conte, qui apparaît pour vous montrer les meilleurs moments de votre vie.

     

    Prologue


    Ma vie. Quelle belle connerie. Je crois que la seule chose que j'ai fait de bien, c'est bien encore cette frimousse brune assise avec sa mère devant cette tombe de marbre noir, ces petits yeux noirs et son large sourire, encadré par de lourdes boucles brunes lui tombant sur les reins.. Je ne l'ai jamais vue, elle ne m'a jamais vu. Je suis mort avant sa naissance, elle a neuf ans. Mélie est mon trésor. Sa mère est ma meilleure amie.

     

    Prologue


    Je crois que pour commencer mon histoire, des présentations s'imposent. Donc, comme convenu, et expliqué plus tôt, la plaque de marbre, c'est moi, ou du moins, ce qu'il reste de moi, déjà en plus que je n'étais pas en bon état le jour de mon enterrement … Mon enterrement, le deux septembre. Un jour de pluie en plus je crois, l'idéal pour enterrer les gens, le jour même de la rentrée scolaire …
    Quant à la jeune femme assise avec l'enfant, il s'agit de ma meilleure amie de mon vivant, Heaven. Brune aux cheveux parfaitement coiffés, dans sa parfaite tenue d'employée de bureau, toujours irréprochable. Elle enserrait l'enfant contre sa poitrine, sans quitter du regard cette tombe, ma tombe.

     

    Prologue


    - Heaven ! Appela un homme roux en arrivant derrière la jeune femme, serrant un peu plus la fillette contre elle.
    Vêtu d'une chemise blanche et d'un simple jean, l'homme était de taille et de corpulence toutes à fait normales, grand, mince. Ses cheveux roux foncé aux mèches noires lui balayaient le haut du visage, nous peinant à distinguer ses deux yeux noirs sur sa peau claire et quelque peu tannée par le soleil, assez pour soupçonner qu'il rentrait de vacances, sans croire qu'il les eût passées à brûler sur une serviette de plage en plein soleil. Et d'aussi loin que je le connaisse, il n'a guère changé, toujours la même façon de se tenir, de sourire. Certes les années sont passées et l'ont fait mûrir, mais rien qui ne l'ait changé radicalement, et c'était tout à son honneur.
    - Oh, bonjour Raise. Comment tu vas ?
    - Jamais très bien, comme tous les vingt neuf août. Bonjour Mélie !
    La petite fille sauta au cou du rouquin qui l'installa sur ses épaules, en riant.

     

    Prologue


    Raise est mon frère jumeau. Et comme tous les jumeaux, il a mal vécu ma mort, je le sais, j'ai beau être réduit en poussière, je sais bien ce qu'il ressent. On ne peut pas dire non plus que nous deux, c'était de l'amour fraternel comme tout le monde peut en rêver, on se supportait plus qu'autre chose la plupart du temps. Mais quand il arrivait une bricole à l'un, l'autre arrivait en renfort, c'est comme ça qu'il est Raise. Et c'est comme ça que j'aime mon frère.

     

    Prologue


    - Salut frangin, me dit-il en s'asseyant à son tour. Quoi de neuf depuis la dernière fois, tu me diras hein ?
    Tout à fait, qu'est-ce que tu as encore fait comme conneries tête de pioche ! Raconte moi tout, et que ça saute, où je viens te hanter ! Oui, je sais, pour l'humour on repassera.

     

    Prologue


    Bon, au lieu de vous faire lire les bla-blas incessants de mon frangin adoré, je vais plutôt vous raconter comment j'en suis arrivé là, six pieds sous terre, à même pas vingt-deux ans. Car oui, j'allais avoir vingt deux ans quand tout s'est arrêté.

     

    Prologue

     

    Je crois que pour commencer, il vous faut remonter trente deux ans en arrière, le jour où tout à commencé, et où j'ai signé mon arrêt de mort : le jour de ma naissance.
    Je suis né un jour pluvieux du mois de novembre, le dix neuf précisément, suivant de près mon jumeau, Raise donc. Tout allait bien dans le meilleur des mondes. Nos parents étaient comblés, réellement. Deux enfants pour le prix d'un, c'était leur rêve. Cependant, deux jours plus tard, le pédiatre qui venait nous examiner, Raise et moi, annonça une terrible nouvelle à ma mère : elle avait donné naissance à un enfant à la santé fragile : moi. Mon cœur ne bat pas régulièrement, pour faire simple, je vais pas entrer dans les détails de ma cardiopathie non plus. Alors, j'ai vite été suivi, puis, vers mes six ans, j'ai reçu ma première pile cardiaque : un pacemaker. Je devais subir des opérations régulières, des contrôles, des échographies …

     

    Prologue

     

    C'était une dose supplémentaire de stress pour mes deux parents. Il fallait s'assurer que ma pile ne me fasse pas faux bond, que je ne tombe pas malade, que je ne joue pas comme tous les autres enfants. Mais allez donc expliquer à un enfant qu'il n'a pas le droit de courir pour le bien de sa santé tandis que son frère jumeau allait jouer au football avec ses copains, qu'il avait besoin d'une dispense de sport avant de s'inscrire à l'école et qu'il devait rester dans les jupons de son institutrice pour qu'elle puisse le veiller sans avoir à le chercher partout dans la cour. Les premières années de mon enfance furent dures pour tout le monde, à grogner après moi, à essayer de me maintenir sage chez les médecins, et cetera.

     

    Prologue

     

    Et c'est finalement aux alentours de mes douze ans que tout a explosé pour maman, et ce sera là que commencera mon histoire.
    - Tu viens Mélie ? demanda Raise à ma fille.
    - Oui ! fit-elle de sa voix claire, puis elle se tourna vers moi. Au revoir papa !

     

    Prologue


    L'enfant se rua vers mon frère, qui l'a prise par la main et ils sortirent tous deux du cimetière en riant. Ils me manquent tous, affreusement.
    Heaven, quant à elle, resta assise devant ma tombe, comme à chaque fois qu'elle venait. Elle y restait des heures, à me parler, à pleurer, me raconter ses tracas, me parler de Mélie, de ses progrès fulgurants. Certains hivers, elle en oubliait même la neige qui tombait et qui la rendait blanche telle une mère Noël. Elle avait toujours ce même rituel : venir sur ma tombe avec quelque chose qui me faisait plaisir de mon vivant, un bon livre, un sachet de sucrerie, un nouvel album à écouter. Et elle s'adossait contre ma tombe, lisant l'ouvrage, me rappelant les meilleurs passages à voix haute comme si je ne l'avais jamais quitté. Elle se goinfrait de sucreries quand elle avait le cafard, et pouvait passer des heures à chanter à tue tête quand elle avait découvert un nouvel album absolument fantastique.

     

    Prologue


    D'ailleurs, quand elle est sortie de la maternité, la première chose qu'elle ait fait, c'est de venir ici, avec Mélie dans son transat, pour m'annoncer qu'elle n'avait aucun souci cardiaque, qu'elle était une petite fille en parfaite santé. Et mine de rien, j'en étais heureux. Et elle m'avait raconté chaque étape de sa vie, me racontant à quel point elle grandissait et qu'elle faisait des progrès. Une fois par mois, Heaven venait avec Mélie, et ma fille s'en allait en me disant « au revoir Papa, à bientôt ». La voir grandir et s'épanouir faisait de moi le plus heureux des pères fantômes.

     

    Prologue


    - Je vais me marier Aaron, me souffla-t-elle. Avec Drew, tu sais, ton meilleur ami de collège, le blond aux yeux violets. Ça fait longtemps qu'on le sait, mais je n'ai jamais vraiment trouvé le temps, ni même le courage, de te le dire. Mélie ne dit rien, je crois qu'elle l'aime bien. Je ne sais même pas si elle sait qui tu représentais pour moi, rit-elle, elle a dû se mettre dans le crâne qu'on était amoureux l'un de l'autre toi et moi. Enfin, ça ne me dérange pas plus que ça qu'elle le croit, c'est sûrement mieux qu'un enfant se croit le fruit de l'amour de ses parents, et puis, vu que j'étais vraiment amoureuse de toi Aaron, je ne cherche pas à la contredire. Et je ne regrette en rien ce qu'on a fait cet après-midi là, Mélie a été le plus beau cadeau de ma vie, j'espère qu'elle aura été la tienne. Je t'aime.

     

    Prologue


    Heaven se leva alors et embrassa ma stèle avant de retrouver sa famille, en dehors du cimetière. Mélie jouait avec Raise, et un homme blond à lunettes s'approcha du groupe avant d'étreindre Heaven, et ils s'embrassèrent, devant une grimace de dégoût de Raise et Mélie qui se mirent ensuite à rire comme des enfants.

     

    Prologue


    Une légère brise passa, souleva les longs cheveux de jais de ma meilleure amie et effeuilla les fleurs de ma tombe déjà noircie. Heaven tourna la tête vers la provenance de la brise, comme si elle savait que c'était moi qui en avait profité pour la remercier de sa présence ici auprès de moi.
    - Tu viens Heaven ? lui demanda Drew en lui prenant la main. Cathe-Line et Andrew vont nous attendre.
    - J'arrive, souffla-t-elle.
    Une dernière fois, elle embrassa le cimetière du regard, ses yeux cherchant un quelconque fantôme dans le ciel, puis elle tendit la main vers Mélie, et tous les quatre disparurent finalement vers le centre-ville pour se retrouver, comme tous les ans depuis mon décès, entre amis, à picoler et raconter des bêtises, et se souvenir de moi.
    Si j'eus été encore vivant, mon cœur se serrait pincé à l'idée de les voir partir de ce cimetière. Et bien que je sois triste pour eux, bien que je sais que je les ai tous abandonnés en me rendant à ma mort, jamais je ne regretterais mes choix, jamais. Car j'ai fait les bons, depuis le début.


  • Première Partie